il a suffit d un soupir, d un souffle pour que les paillettes s envolent et le voile noir s'est re-posé sur le monde autour de moi, comme une chanson triste et la pluie sur les carreaux. Le voile n est pas plus sombre mais il le parait pourtant après l éclat des paillettes....et ce sont les chansons tristes qui restent dans la tête, les yeux un peu embués, pas de vrais pleurs...je voudrais juste changer de peau une heure ou deux, savoir si c est mieux dans la peau d une vraie princesse....et si l espoir existe vraiment.

la princesse n avait pas compris que c est le prince qui décide,  et la princesse suit, elle n a pas à souhaiter, demander, réclamer, sinon pfff adieu les paillettes...c est le prince qui a le pouvoir....c'est lui qui décide, pas la princesse. ainsi est le régime de la principauté de la déception...

Le prince parlait de bulle d air et d inspiration , mais je ne suis pas une princesse, j ai remis mes haillons, fini les bulles, et j ai pas d inspiration , je suis une fille maladroite . Moi je serai plutot la copine à Shrek, les paillettes seront remplacées par de la boue, les bulles d air, sentent la rose fanée, ces roses que j ai jeté, et je n ai personne pour me donner envie d écrire.

suis je malheureuse, déçue, triste, ou même soulagée, j en sais rien, le voile sombre a tout recouvert, les yeux légerement embués, il n y a plus que du flou, incapable de voir les paillettes, ou d en lancer une poignée...

y'avait quelqu'un qui m'avait dit que j étais une princesse, ........